Tendance chantiers

Programme Olympe de Gouge à Roussillon (38) : le résultat d’un accompagnement réussi de la maîtrise d’œuvre et de la maîtrise d’ouvrage

Le projet Olympe de Gouge, à Roussillon, est une référence en matière de logements sociaux nouvelle génération. C’est aussi une référence pour démontrer la capacité de Xella d’accompagner ses partenaires sur un chantier de cette envergure. L’OPAC 38 est ici à l’initiative de deux bâtiments de 21 logements aux prestations soignées. Et aujourd’hui, les Roussillonnais qui occupent les T2, T3 et T4 de cet ensemble profitent d’un habitat particulièrement agréable et performant. Pour répondre aux exigences du cahier des charges de ce projet ambitieux, c’est la solution Ytong Verti 25 qui a été sélectionnée comme système constructif. Un choix qui offre confort et qualité de vie aux locataires, mais qui a aussi particulièrement séduit la maîtrise d’œuvre et la maîtrise d’ouvrage accompagnées de bout en bout par les équipes de Xella…

 

C’est l’OPAC (Office public d'aménagement et de construction) du département de l’Isère qui a initié le choix du béton cellulaire pour ce programme d’une quarantaine de logements sociaux répartis sur deux bâtiments en R+3. William Petit, l’ingénieur commercial Xella, qui a suivi le début du projet, se souvient de l’enthousiasme du bailleur social. « Cette décision faisait suite à de très bons retours d’expériences. Nous avions déjà mené différents projets ensemble, il s’agissait de la construction de petits collectifs qui s’étaient très bien passés. Collaborer de nouveau a donc été naturel… » 

 

Le béton cellulaire, « un très bon investissement pour un bailleur social »

 

La majorité des responsables des offices publics et des bailleurs sociaux sont aujourd’hui attentifs à des arguments différents. En matière de conception des bâtiments, ils ont largement fait évoluer les convictions qui ont prévalu dans les années 60 à 80. Désormais, ils optent pour des ensembles de logements plus petits, avec des finitions et des prestations de meilleures qualités. A Roussillon pour le programme Olympe de Gouge, toute une réflexion a ainsi été menée autour des questions de thermique et d’acoustique. Pour les initiateurs du projet, le choix du béton cellulaire s’est rapidement imposé pour ses performances « qui offrent un dimensionnement du mode de chauffage plus économique et qui garantissent des factures énergétiques plus faciles à assumer pour les occupants de ces logements. Pour un bailleur social, c’est un très bon investissement », souligne William Petit.

 

Un architecte également convaincu

 

La maîtrise d’œuvre était en parfait accord avec ces directions. L’ingénieur commercial Xella avait là encore déjà travaillé avec Empreinte(s) Architecte. « Nous avons fait beaucoup de projets en béton cellulaire avec ce cabinet, notamment sur un programme de 80 logements pour Bouygues Immobilier. Pour lui, la maniabilité du produit offre davantage de perspectives dans la conception grâce aux possibilités de découpe du bloc. » En revanche, l’équipe de pose, elle, n’avait jamais fait l’expérience du matériau…

 

La formation Xella, une vraie révélation

 

C’est l’entreprise Réguillon qui a remporté l’appel d’offre pour la partie maçonnerie. Le chef de chantier, Benjamin Cochard : « Je suis plutôt un adepte du béton armé, c’est une solution que je maîtrise mieux, notamment pour gérer les cadences. J’avoue que j’avais donc certains à priori avant de me lancer sur ce chantier en blocs Ytong. » La formation dispensée par Xella à l’école de pose de Saint-Savin a convaincu l’ensemble de l’équipe. « C’est une formation très complète. On y revoit les règles de base de la construction. Il y a toute une partie théorique où l’on parle de résistance thermique ou encore de résistance à la compression. Et bien sûr, il y a une partie pratique, une phase de production avec l’utilisation de la scie à ruban. » Le formateur, Pierre-Jean-Bérier, se souvient : « Au départ, il n’était effectivement pas très enthousiaste mais avec son équipe, ce sont des gens sérieux et après la formation, ils ont vraiment changé d’avis. » La rigueur imposée par le matériau leur a particulièrement plu. « Benjamin Cochard est un chef de chantier qui aime que les choses soient carrées. Alors le béton cellulaire lui a évidemment convenu ! »

Benjamin Cochard, chef de chantier.
Benjamin Cochard, chef de chantier

 

Un carnet de détails élaboré avec l’ensemble des schémas de mise en œuvre

 

Pour s’assurer du bon déroulement du chantier, William Petit a aussi organisé avec la maîtrise d’œuvre une réunion de pré-exécution : « L’idée est d’impliquer tous les intervenants sur le béton cellulaire. Nous avons alors réuni avec l’architecte et le bureau d’études, le maçon, le plombier, le charpentier, l’électricien, le menuisier, pour lever les doutes et les questionnements qui pouvaient subsister. Cela a permis de rassurer toutes les parties et d’identifier les points singuliers. » A la suite de cet échange, un carnet de détails a été élaboré avec l’ensemble des schémas de mise en œuvre, et il a été transmis à tous les intervenants. 

 

Mise en œuvre et accompagnement Xella validés !

 

Bien préparée, la phase chantier s’est elle aussi bien déroulée. Benjamin Cochard : « La mise en œuvre a été fluide et nous nous sommes rendu compte réellement de l’efficacité de cette solution. La manipulation des blocs Ytong Verti 25 se fait facilement, la pose sur joint mince est simple et efficace, et l’utilisation des outils spécifiques comme la scie à ruban permet un gain de temps important. Nous faisions des coupes d’une précision irréprochable. Sur un chantier de 9 mois avec deux immeubles à monter, nous n’avons eu que deux lames de cassées. Et Xella a toujours très vite réagi. » Outre la formation, Pierre-Jean Berier a assuré l’accompagnement du chantier. « J’ai suivi le projet avec des réunions régulières. Je vérifiais que tout allait bien et qu’il n’y avait pas de déviances dans la mise en œuvre. Mais pour tout dire, c’était un très beau chantier en termes de réalisation. Les notions acquises en formation étaient appliquées à la lettre. » Et le chef de chantier a apprécié ce suivi très humain. « Pierre-Jean a été génial ! Il a assuré la vérification de la bonne utilisation du produit. Il est venu au moins 5 fois sur l’ensemble des travaux. Il allait à la rencontre de tous les intervenants et apportait les solutions techniques nécessaires. »

 

Une expérience à renouveler…

 

Un projet réussi donc au bénéfice du maître d’ouvrage et des occupants des logements. « Le chantier a démarré en janvier 2019 et s’est achevé pour nous en septembre 2019, précise Benjamin Cochard. Nous avons donc été particulièrement performants et avons respecté les délais. Notre client était ravi car il sait que les performances attendues seront au rendez-vous. L’architecte nous a même recontactés pour d’autres opérations sur le secteur grenoblois. » L’équipe de l’entreprise Réguillon serait donc prête à repartir pour d’autres chantiers en béton cellulaire. « Cela nous intéresse car nous apportons une offre nouvelle à nos clients, aussi exigeants soient-ils… »