Guylaine Painchault, la dirigeante de BCCO : « La grande liberté permise par les solutions Hebel est très appréciée par nos clients »

Des chantiers techniques, de belles finitions, une mise en œuvre rapide, voilà les atouts qui ont séduit l’entreprise BCCO pour les bardages en panneaux béton cellulaire depuis plus de 30 ans. Le matériau permet à cette société spécialiste dans l’assemblage et pose de murs séparatifs coupe-feu et bardages en béton cellulaire, installée en Indre-et-Loire, de répondre aux exigences des architectes en matière de résistance incendie et d’isolation thermique. Guylaine Painchault, la dirigeante de BCCO, a bien l’intention de rester fidèle aux solutions Hebel et nous présente plusieurs chantiers qui font référence…

 

 

Comment est organisée l’entreprise BCCO ?
Guylaine Painchault :
Nous sommes une entreprise de 7 personnes. Nous sommes généralement 4 ou 5 sur le terrain en fonction des volumes et des besoins. Nous intervenons principalement sur la moitié Nord de la France mais il nous arrive de descendre dans des secteurs plus au sud, comme à Bordeaux ou même Marseille par exemple. Nous travaillons aussi un peu en Belgique, au Luxembourg ou en Suisse. Il y a quelques années, nous sommes allés jusqu’à la Réunion. En général, nous intervenons plus sur des chantiers de taille moyenne, mais plus techniques, plus architectoniques. Nous travaillons notamment avec un architecte d’Angers qui fait beaucoup de bureaux, de sièges d’entreprises. Pour résumer, je dirais que nous aimons faire de beaux bâtiments, comme l’école de design ou l’école supérieure d’Angers… et que nous avons un goût prononcé pour la difficulté !

 

De quand date votre collaboration avec Xella et les solutions Hebel ? Comment se passe votre partenariat ?
Guylaine Painchault
: Nous réalisons des bardages en béton cellulaire depuis 1985. Notre partenariat avec Hebel se passe très bien. Au fil des années, nous avons connu différents interlocuteurs avec qui nous avons apprécié collaborer. Avec Fabrice Chambon, l’actuel ingénieur commercial, la relation est fluide comme avec Pascal Meulders, le directeur commercial. Quand ils ont des projets un peu spécifiques, un peu techniques, ils font appel à nous. On se rend sur les chantiers et on voit ensemble ce qu’il est possible de faire. Nous travaillons en étroite collaboration avec eux. Chacun apporte sa contribution et l’apport du bureau d’études de Xella est précieux.

 

 

« 1000 m2 à la semaine avec une équipe de 3 ou 4 personnes »

 

Avec autant d’années d’expérience, vous connaissez bien le produit. Quels sont ses principales forces ?
Guylaine Painchault
: C’est un matériau complet : il est résistant au feu, c’est un très bon isolant thermique et acoustique, il est anti-explosion, le montage est rapide et la finition est vraiment supérieure. C’est un super produit ! On réalise vraiment de très beaux bâtiments avec les bardages en panneaux béton cellulaire. Au niveau de la finition, ça se rapproche un peu de l’enduit ou de la pierre blanche. C’est beaucoup plus joli qu’avec du béton brut par exemple. La rapidité de mise œuvre est aussi vraiment un point fort. Nous faisons à peu près 1000 m2 à la semaine avec une équipe de 3 ou 4 personnes. Après, évidemment, on peut mettre un peu plus de temps pour des bâtiments plus complexes, avec des faux-joints, des angles avec des coupes spécifiques. La modularité du matériau est très intéressante.

 

Et pour vos clients et les architectes avec lesquels vous travaillez, quels sont les arguments les plus intéressants ?
Guylaine Painchault
: La plupart du temps, c’est la qualité coupe-feu qui est retenu par nos clients. Sur nos projets, nous avons souvent une exigence de résistance au feu en 2 heures. On sait qu’avec le béton cellulaire, on le respecte largement. A savoir qu’en panneaux de 15 cm, on atteint des performances de coupe-feu 4 heures. 
La rapidité de réalisation est aussi grandement appréciée. Et puis, l’aspect esthétique est quelque chose qui compte pour eux. On peut apporter facilement des modifications, on peut faire des faux-joints, des coupes d’angles, des ouvertures supplémentaires. On peut également mettre en œuvre des panneaux de béton cellulaire à l’horizontale comme à la verticale pour la réalisation de bardage, et même faire les deux sur un même chantier suivant les contraintes techniques ou esthétiques. Cette grande liberté permise, par les solutions Hebel, est très appréciée.

 

 

Agrandissement du CHU de Dijon, Nouvelle Usine Siemens-Gamesa pour les éoliennes off-shore ou l’usine pour l’entreprise MobilWood

 

En termes de complexité technique, quel est le dernier chantier le plus marquant ?
Guylaine Painchault
: C’était à Dijon sur un chantier très particulier. Nous avons réhabilité les façades de l’hôpital des enfants du CHU. C’était un bâtiment qui mesurait 28 mètres et qui se situait au milieu de plein de contrainte pour l’intervention et la réalisation comme la voie d’accès des pompiers pour les urgences. Le point important, pour ne pas les gêner, était la capacité à pouvoir replier le matériel d’intervention pour le chantier en moins de 7 minutes. Il fallait également un matériau léger, maniable et rapide à poser comme le béton cellulaire. Nous avions aussi l’héliport situé juste au-dessus et faire en sorte de ne pas dépasser du toit. C’était donc un peu compliqué d’intervenir mais nous y sommes parvenus. Parallèlement, le bureau de contrôle a été particulièrement exigeant sur ce chantier. Il faut dire qu’il s’agissait de refaire une façade devant des balcons pour gagner de l’espace dans les chambres. C’était très technique de se raccrocher sur la façade existante d’un bâtiment en service. Heureusement, nous avons collaboré de façon efficace avec le bureau d’études Xella.

Vous participez aussi en ce moment à un chantier particulièrement important au Havre ?
Guylaine Painchault : Oui, c’est un chantier que nous menons avec GTM – Vinci Construction pour le compte de Siemens-Gamesa. Nous avons déjà réalisé de petits satellites puis la grande séparation du bâtiment principal ainsi que la grande cellule de 28 mètres de haut pour l’assemblage des nacelles. Pour donner une idée de la taille globale du bâtiment, il pourra accueillir des pales de 108 mètres de long. Le chantier s’étant sur plusieurs dizaines d’hectare. C’est un super projet très bien organisé avec beaucoup de visites institutionnelles. Tout doit donc être toujours bien « rangé ». C’est ce que permet aussi avec la mise en œuvre de panneaux béton cellulaire, qui assure des chantiers très propres. En tout, nous avons 12 500 m2 de bardages et mur coupe-feu en béton cellulaire à réaliser. Le matériau a été choisi pour son aspect coupe-feu mais aussi ses performances thermiques. La rapidité de pose était également importante au vu du planning de réalisation du projet. Le chantier a démarré en début d’année et sera livrable dès mars 2022. C’est très rapide pour un tel projet. Pas moins de 500 personnes à l’œuvre tous corps de métiers confondus. C’est gigantesque !


Il y a aussi un chantier récent que vous avez particulièrement apprécié sur le plan esthétique ?
Guylaine Painchault
: Il s’agit d’une très belle réalisation dans l’Yonne à côté d’Auxerre. C’était une usine pour l’entreprise Mobil Wood pour de la fabrication d’agencement de magasins et de meubles en bois dont ils font également la conception. L’exigence coupe-feu était évidemment au cœur du cahier des charges mais l’aspect esthétique encore plus. A cela une nouvelle requête à laquelle nous avons pu répondre pour ce projet, était l’aspect environnemental et développement durable sur le recyclage qui était le point impératif de ce dossier. C’est un bâtiment qu’on a réalisé sur une structure béton accouplée avec une charpente bois et cela apportait un rendu vraiment magnifique. Le lamellé-collé, la partie charpente traditionnelle avec le béton cellulaire, c’est vraiment un duo esthétique parfait, ce sont des produits qui se marient très bien. En plus à l’intérieur, les finitions étaient très belles avec des fenêtres bi-matériaux, un extérieur alu et un intérieur bois. C’est un très beau projet en bardages béton cellulaire qui sera une belle référence pour nous…