Sylvie Giroud, habitante d’une maison labellisée E+C- en béton cellulaire : « Comme dans un cocon ! »

A l’Isle d’Abeau, Sylvie Giroud et son mari sont les heureux propriétaires de la première maison labellisée E+C- de Rhône-Alpes. Le constructeur, l’Atelier MCA, a atteint le niveau E3C1 grâce à l’utilisation de matériaux performants. Pour la maçonnerie, c’est le bloc Ytong compact 22,5 qui a été choisi pour ses qualités thermiques et environnementales. Et aujourd’hui, le couple ne le regrette pas. Il bénéficie d’un habitat particulièrement sain et confortable…
 

Comment avez-vous conçu votre projet de maison ?
Sylvie Giroud :
Le plus important à nos yeux était le choix du constructeur. Par connaissance nous nous sommes orientés sur l’Atelier MCA et nous avons tout de suite eu le sentiment d’avoir affaire à de vrais professionnels aux compétences individuelles très complémentaires. Chacun, à son niveau, nous a accompagnés à chaque étape du projet. Il y a eu un vrai soutien, un vrai conseil. Ils nous ont posé les bonnes questions : comment vous aimez vivre ? Quel est votre temps de présence à la maison ? Il y avait une réelle écoute. Et avec eux, j’ai eu la chance de pouvoir aller visiter une maison qui avait été construite en béton cellulaire.

Sylvie Giroud
 

Dans quelle mesure la dimension maçonnerie était importante à vos yeux ?
Sylvie Giroud :
Nous étions bien conscients que c’est un choix central qui influe sur la qualité de la maison. Et l’Atelier MCA nous a bien expliqué que c’est très important pour le confort de la famille. D’ailleurs, eux sont convaincus des qualités du béton cellulaire, ils ont un maçon formé à sa mise en œuvre et ils vendent de plus en plus de maisons dans ce matériau autour de Lyon. Ils apprécient, je crois, le fait que les blocs soient plus légers, plus faciles à mettre en œuvre et à découper. L’entreprise ne travaille pas de façon exclusive un matériau plutôt qu’un autre, mais je sais qu’ils n’hésitent pas à le conseiller.
 

« Nous voulions dans notre maison du confort en été, comme en hiver »
 

Justement que connaissiez-vous de ce matériau ?
Sylvie Giroud :
De par ma vie professionnelle, je connais bien cet univers, j’ai aussi habité un immeuble construit dans ce matériau, mais j’ai surtout autour de moi des témoignages très concrets. J’ai en effet une amie qui est propriétaire d’une des premières maisons en béton cellulaire de la région. Avant de construire, je suis allée la voir et nous avons discuté de sa longue expérience du matériau. Cela fait presque 30 ans qu’elle est dans cette maison du secteur de Rives (38). C’est une construction très originale, avec des volumes un peu spécifiques mais c’est justement ce que permet le béton cellulaire. Quand je lui ai demandé si elle choisirait à nouveau le béton cellulaire pour faire construire une nouvelle maison, elle m’a répondu oui sans hésiter.

Vous n’avez donc pas hésité…
Sylvie Giroud :
Non pas du tout car ce choix répondait au cahier des charges en termes de confort, d’être bien l’été et de ne pas avoir trop chaud, mais en même temps l’hiver de ne pas avoir froid, et d’avoir une température assez constante. En plus, avec le label E+C-, on a eu la chance d’avoir une isolation supplémentaire qui a encore renforcé les performances. Grâce à ces éléments, nous étions dans une démarche écologique qui impliquait une faible émission de carbone et une faible consommation d’énergie, des arguments auxquels nous sommes sensibles. Le projet était intéressant dans sa globalité.
 

Le béton cellulaire ? « Persuadés que nous avons fait le bon choix ! »
 

Cela fait maintenant un an que vous êtes dans votre maison. Quel est votre ressenti après justement un été et un hiver ?
Sylvie Giroud :
Super ! Même mon mari, de nature plus sceptique, est maintenant persuadé que nous avons fait le bon choix. Le confort est bien au rendez-vous, nous ne ressentons pas d’humidité, nous nous sentons comme dans un cocon. Même sans cheminée, c’est très agréable. Nous marchons pieds nus, nous sommes en t-shirt dans la maison. Et pourtant, on ne surchauffe pas. Le thermostat sur une moyenne de 21°, on l’a ajusté en fonction des pièces et de la vie que l’on mène.

Pour quel mode de chauffage avez-vous opté ?
Sylvie Giroud
: Pour une pompe à chaleur air-eau. Elle pompe les calories de l’air à l’extérieur et restitue l’énergie par le biais d’un chauffage au sol. C’est un appareil de dernière génération sur lequel il a fallu faire quelques réglages au départ. Mais maintenant, nous avons une température de confort idéale. C’est un réglage à la fois rentable et confortable. Et grâce à son système de refroidisseur et à l’enveloppe de la maison, nous avons parfaitement passé, par exemple, les épisodes de canicule de l’été dernier. La température n’a jamais dépassé les 27° alors qu’elle pouvait atteindre les 35° chez des voisins. La terrasse est orientée plein sud et nous avons de grandes baies vitrées tout autour de la maison, mais nous avons quand même réussi à garder un peu de fraîcheur à l’intérieur.
 

Le conseil de Sylvie : « Bien choisir le constructeur et instaurer une relation de confiance »
 

Voyez-vous une différence importante avec votre maison précédente ?
Sylvie Giroud :
Complètement, nous avions une maison en parpaings et la grosse différence est la consommation d’énergie. La dernière fois que mon mari a regardé, il disait que l’on avait bien moins consommé que les années précédentes. Il faut dire qu’aujourd’hui notre facture n’est pas lié au chauffage mais au reste. Par exemple j’adore cuisiner, et les pics de consommation électrique sont plus liés à mon four électrique. Je consomme plus que la maison !

Quels conseils donneriez-vous aux gens qui souhaitent faire construire ?
Sylvie Giroud :
Une maison, c’est un projet de vie. On n’y met beaucoup de choses, pas seulement de l’argent. On y met du cœur et le fait d’avoir un constructeur qui est un partenaire, à votre écoute, c’est essentiel. Il doit comprendre quel type de famille vous êtes, quel type de vie vous avez envie d’avoir dans votre maison. Même s’il y a toujours un écart entre le projet de départ et la réalisation, on ne doit pas avoir à affronter des objections sans arrêt. On doit s’adapter mais le constructeur aussi en proposant des solutions. Il doit avoir autant à cœur que vous de construire votre maison. On ne fait pas construire une maison comme on achète un aspirateur. C’est un engagement sur la durée et l’erreur n’est pas permise. Mon principal conseil est donc de bien choisir le constructeur et d’instaurer une confiance réciproque !