Paris : une ville zéro carbone en 2050 ?

Imaginez… Paris, une ville neutre en termes d’émissions carbone… Un rêve ? Peut-être pas d’après le cabinet de conseil Elioth qui pense cela possible en 2050 grâce à la rénovation énergétique et aux matériaux écologiques. Explications.

Réduire les émissions de carbone dans les grandes villes est l’une des ambitions phares de la transition énergétique et du plan climat. Dans cette optique, la mairie de Paris a commandé une étude au cabinet Elioth, qui donne une vision positive et ambitieuse avec la possibilité d’un Paris zéro carbone en 2050.

Comment la plus grande ville de France pourrait-elle parvenir à un tel résultat d’ici 33 ans ?

Pour cela, il faudrait que la ville suive scrupuleusement le futur Plan climat qui doit être soumis dès l’automne aux élus de la ville. L’ambition de ce document est clair : faire de Paris une cité « neutre en carbone », avec zéro émission de gaz à effet de serre.

Le cabinet Elioth a été prié de se pencher sur le sujet et a rendu un rapport de 386 pages intitulé « Paris change d’ère », où il présente ce qui pourrait changer la donne sur trois décennies.

Quelques-unes des pistes explorées, notamment dans le bâtiment

Pour viser le zéro carbone à Paris, il faudrait d’abord accélérer la cadence de réduction des rejets de carbone. Elle a été de 9% entre 2004 et 2014, il faudrait une baisse de 50% d’ici 2030 puis de 80% d’ici  2050. Il faut aussi accélérer la transition énergétique afin de développer la géothermie, le biométhane ou la valorisation des déchets urbains. On imagine donc, en 2050, 20% des toits de Paris couverts de panneaux solaires et le financement d’un parc de 50 km2 de panneaux photovoltaïques et 3000 éoliennes en Ile-de-France.

Indispensable également, rendre les transports plus propres. Par exemple, systématiser les week-ends sans voiture, encourager les transports en commun, vélo, marche à pied, covoiturage…

Le secteur du bâtiment a également un rôle important, même majeur, à jouer pour atteindre cet objectif. Il faut prévoir un grand plan de rénovation énergétique du parc immobilier. 75% des bâtiments seraient concernés par celui-ci, priorité étant donné à l’habitat social et les copropriétés.

La manière de construire est également visée. « Dès leur conception les bâtiments neufs sont pensés dans une logique « zéro déchet », en privilégiant les matériaux biosourcés », explique le rapport. On évoque aussi les méthodes de mise en œuvre : pour des interventions plus rapides et efficaces, on fait appel à la préfabrication.

Dans cette optique, le béton cellulaire doit s’inscrire comme un matériau incontournable de cette ambition zéro carbone. Le béton cellulaire Ytong est sain, fabriqué à partir d’éléments naturels, est bon pour l’environnement et ses habitants. Les murs Ytong sont aussi très maniables et légers, et permettent une application rapide et facile, en plus d’être performant d’un point de vue thermique… De véritables partenaires de la rénovation énergétique de masse qui s’annonce !