Transition énergétique : la rénovation énergétique est en marche

Les députés ont adopté en seconde lecture le texte de loi sur la transition énergétique en ne prenant quasiment pas en compte les modifications des sénateurs… Et donc en revenant finalement vers le texte initial. Parmi les grandes mesures, l’obligation de rénovation thermique des logements énergivores avant 2030 en cas de mutation.

Les bâtiments énergivores dans le viseur

Le projet de loi sur la transition énergétique fait la chasse aux logements énergivores. Ainsi, avant 2025, les bâtiments privés résidentiels énergivores (consommation en énergie primaire supérieure à 330 kilowattheures par m2 et par an) devront être obligatoirement rénovés thermiquement afin d’améliorer leurs performances thermiques. Cela peut passer par une isolation des façades extérieures par exemple. Il en va de même pour les logements en cas de mutation (achat-vente, héritage) : avant 2030, les bâtiments privés résidentiels devront faire l’objet d’une rénovation énergétique, en fonction des performances des logements et de la mise à disposition des outils financiers adéquats.

Bonus et malus pour les propriétaires

Et puis pour inciter à la rénovation, un système de bonus/malus devrait être mis en place. Un référentiel d’économies d’énergie minimales permettra de donner un bonus aux propriétaires des logements qui atteignent les objectifs fixés et un malus à ceux qui consomment trop.

Ce qu’il faut retenir

En fait, ce qu’il faut retenir c’est que le gouvernement souhaite que les bâtiments « anciens » et énergivores se rapprochent des exigences de performances énergétiques des constructions neuves. De plus, il tient à ce que les nouvelles constructions sous maitrise d’ouvrage d’Etat soient exemplaires au niveau énergétique et environnemental.