Aymeric Brenel, démonstrateur-formateur Xella : « disponibilité permanente et interventions adaptées à tous les chantiers »


Au sein du groupe Xella, les démonstrateurs-formateurs ont un rôle essentiel auprès des utilisateurs des solutions constructives en béton cellulaire. Ils les forment et les accompagnent sur leurs chantiers pour faire en sorte que le produit soit mis en œuvre selon les règles de l’art et les réglementations en vigueur, et qu’il apporte des performances optimales à tous les projets. Rencontre avec l’un de ces techniciens : Aymeric Brenel.

 

Quel est le parcours qui vous a mené chez Xella ?
Aymeric Brenel
: Avant d’entrer dans le groupe, je travaillais pour une société partenaire Ytong qui faisait 90% de ses logements en béton cellulaire. C’était l’entreprise de mon père qui était constructeur de maisons individuelles et avait aussi une entreprise de maçonnerie. J’ai aussi vécu dans une maison en béton cellulaire, donc on peut dire que je suis presque né avec ! J’ai finalement intégré l’entreprise en 2014 comme simple démonstrateur, et l’année suivante, j’ai évolué en tant que formateur.

 

 

« Sur le chantier en tenue de travail avec les maçons »

 

Quel est votre rôle du démonstrateur-formateur auprès des entreprises ?
Aymeric Brenel
: Un vrai rôle d’accompagnement. C’est simple, j’arrive sur le chantier en tenue de travail et je pose avec les maçons une partie du 1er rang puis une partie du 2e pour leur montrer la pose à joint mince Une fois que ces points sont assimilés, comme chaque chantier est différent, nous reprenons les plans et les détails du bâtiment. Il est toujours important de refaire le point sur l’ensemble du chantier et de ses détails techniques. Nous sommes donc en lien en amont avec notre bureau d’études. Par la suite, nous aidons les artisans à optimiser la mise en œuvre, vérifions que tout se passe bien et qu’il n’y a pas d’erreur de commise au moment de la pose.

 

Vous donnez donc beaucoup de conseils et d’astuces aux poseurs…
Aymeric Brenel
: Tout à fait. Nous les conseillons par exemple sur les outils, nous les aidons à faire des coupes bien ajustées pour que le produit soit bien droit et bien serré, nous avons aussi des astuces sur les questions de jonction. Il faut que l’on puisse donner des conseils sur tous les aspects de mise en œuvre mais aussi sur tout ce qui concerne le second œuvre. Par exemple, on peut être amené à expliquer comment s’adapter à un bâtiment existant dans le cadre d’une réhabilitation. Nous allons aussi regarder tout ce qui concerne les fixations, les enduits, les charpentes ou les finitions adaptés au béton cellulaire. L’objectif est de garantir que les entreprises travaillent bien tout en gagnant du temps.

 

« Ils sont d’autant plus en confiance que je viens du même métier qu’eux »

 

Chaque chantier est différent, vous devez donc vous adapter en permanence…
Aymeric Brenel
: C’est vrai, mais notre expérience nous aide beaucoup et nous y arrivons, en règle générale, assez facilement. Ensuite tout dépend des projets. Pour des projets logements collectifs, par exemple, on a toujours un chef de chantier ou un conducteur de travaux principal présent sur place. On peut donc faire des réunions en amont si cela est nécessaire. C’est l’occasion de voir ensemble les différents points techniques du chantier et d’anticiper les difficultés. Nous sommes aussi amenés à accompagner les poseurs.

 

Comment se déroule ensuite le suivi de chantier ?
Aymeric Brenel
: Quelques jours après le démarrage, nous repassons pour voir si tout se passe bien. Il n’est pas question de contrôler le travail du maçon, parce que c’est lui le responsable du chantier, mais plutôt de l’accompagner. Evidemment, je reste aussi très disponible par téléphone. Pour le suivi, mes interventions s’adaptent aux types de projets. Pour des projets logements collectifs, je suis amené à passer plus souvent pour voir si les personnes ont acquis ce que je leur ai transmis. Si tout se passe bien, je viens moins souvent, mais s’il y a des difficultés, je suis là pour soutenir l’entreprise. Je vérifie qu’ils sont dans les temps et je leur donne, là encore, de petites astuces pour gagner du temps. Ces multiples visites, permettent aussi de faire le point et anticiper certaines étapes à venir. Je redonne des conseils sur le montage des linteaux, des chaînages, etc. 

 

 

Quelles sont vos forces, vos atouts pour accomplir votre mission ?
Aymeric Brenel
: Nous avons une très grande disponibilité. Même si je couvre un secteur de 28 départements, je reste toujours joignable par téléphone pour tous types de questions. Et si c’est nécessaire, je passe dès le lendemain ou le surlendemain. Nous essayons de proposer un service d’accompagnement le plus pointu possible en tenant à jour nos connaissances des produits et des techniques. Pour rassurer nos interlocuteurs, nous faisons preuve aussi d’une certaine proximité en essayant toujours de répondre à leurs besoins. Nous mettons tout en œuvre pour entretenir la bonne image du béton cellulaire : une fois mis en œuvre nos solutions peuvent exprimer leur plein potentiel, thermique notamment. 

 

L’école de pose Xella : 2 jours de formation pour les maçons, chefs de chantier ou apprentis

 

L’autre pan de votre activité, c’est l’école de pose Xella. Comment fonctionne-t ’elle ?
Aymeric Brenel
: Les sessions ont lieu au sein des usines du groupe. Pour ma part, je propose des formations sur le site de Mios en Gironde. Nous proposons à nos futurs partenaires de venir 2 jours en formation chez nous. Nous pouvons aussi avoir des auto-constructeurs qui souhaitent être formés à la mise en œuvre du béton cellulaire. A l’issue de la formation, les participants obtiennent le titre de pose de maçonnerie à joints minces. Ils nous arrivent aussi de nous adresser à des apprentis de CFA pour faire connaître les solutions Xella aux bâtisseurs de demain. Nous leur proposons alors une formation plus courte avec une partie théorie, une partie pratique et une visite d’usine. 

 

Pour les futurs partenaires, les maçons, comment se passent ces 2 jours de formation ?
Aymeric Brenel
: Nous commençons par une demi-journée de théorie pour présenter l’entreprise, aborder les questions de thermique ou encore expliquer la composition du matériau et ses atouts. Cette partie est évidemment adaptée au niveau de connaissance de nos interlocuteurs. Pour le reste de la formation, nous nous concentrons sur la pratique. Avec 8 participants, nous arrivons à faire la moitié d’une maison en un jour et demi. Ainsi, nous voyons le montage du premier rang mais aussi les différentes étapes d’une élévation ou encore la pose des linteaux. Il est même possible de proposer une approche plus approfondie avec la question des jonctions de charpente, de plancher. Nous essayons de balayer tous les cas concrets. Nous leur faisons poser des fixations.

 

On sent une très grande implication dans votre façon d’aborder votre mission…
Aymeric Brenel
: C’est indispensable. C’est un métier passionnant. Nous sommes toujours avec des gens différents, des maçons, des conducteurs de travaux, nous discutons avec tout le monde. C’est ce qui fait notre richesse et également ce qui nous fait évoluer. J’aime mon métier et surtout le matériau avec lequel je travaille. Ce serait impossible pour moi de préconiser un produit auquel je ne crois pas. Et selon moi, le béton cellulaire est le meilleur des matériaux !