Les solutions coupe-feu Ytong sont les meilleures pour la protection des murs et des bâtiments… Même les laboratoires de tests au feu les ont adoptées !

En matière de protection incendie, les murs coupe-feu en béton cellulaire Ytong représentent aujourd’hui la meilleure solution du marché. Par leurs propriétés naturelles, leurs conformités réglementaires, leur simplicité de mise en œuvre et l’accompagnement Xella, les solutions en béton cellulaire Ytong s’adaptent à tous les chantiers, des plus courants jusqu’aux plus techniques et ambitieux. De par leurs caractéristiques, elles se sont même imposées au sein de l’exigeant Centre d'Essais au Feu du CERIB. Explications…

« Dans un laboratoire de résistance au feu, le béton cellulaire est un matériau que l’on utilise au quotidien. Ses propriétés et ses performances nous donnent confiance pour l’utiliser en fonction support pour tester les autres produits de l’univers de la construction. »
Fabienne Robert, cheffe-adjointe du Centre d’essais au feu du CERIB

 

Quels sont les facteurs qui expliquent de telles performances ?

Lorsque l’on parle de protection incendie, il y a deux notions différentes, et à ne pas confondre, concernant les matériaux : leur réaction au feu et leur résistance au feu.

La réaction au feu est la manière dont un matériau va se comporter comme combustible. Elle caractérise son inflammabilité, c’est-à-dire sa capacité à alimenter l’incendie et à favoriser son développement. De nombreux matériaux de construction de nature minérale, comme le béton cellulaire, le béton, la pierre naturelle, le plâtre, la brique, etc., sont incombustibles et ininflammables. C’est-à-dire qu’ils ne peuvent pas prendre feu, à l’inverse, par exemple, du papier ou du bois.

Dans la réglementation européenne, les matériaux incombustibles, comme les solutions Ytong, sont de classe A1 : le meilleur classement selon les Euroclasses.

Mais attention, pour autant, tous les matériaux incombustibles ne sont pas considérés comme coupe-feu. Car la deuxième notion, la résistance au feu joue un rôle primordial dans la protection qu’apporte une solution en la matière. En effet, elle exprime le comportement d'un ouvrage face au feu et indique le temps durant lequel, lors d'un incendie, un élément de construction (paroi, plancher, plafond, porte…) conserve ses propriétés d’étanchéité aux flammes et au gaz, d’isolation thermique et de résistance mécanique.

On exprime donc la durée de stabilité au feu de 3 manières :
E = mur pare-flamme,
EI = mur coupe-feu non porteur,
REI = mur porteur avec propriété coupe-feu.

Par attestation de laboratoire : les murs et cloisons séparatives Ytong sont classés EI240 et font donc preuve d’une excellente protection au feu puisqu’ils sont coupe-feu 4 heures dès l’épaisseur 15 cm. Des performances uniques sur le marché.

 


Vidéo Xella : En protection incendie, quelle différence entre incombustible et coupe-feu ?

 

Que se passe-t-il lorsqu’un bâtiment brûle ?

Concrètement, dans un bâtiment, qu’il soit d’habitation ou tertiaire, il y a deux types de systèmes qui protègent les occupants et les biens :

• Actifs : ceux qui se déclenchent lors d’un incendie pour éteindre le feu, comme les sprinklers (extincteurs automatiques à eau), ou pour éliminer les fumées, comme les dispositifs de désenfumage.
• Passifs : ceux qui protègent « naturellement » du feu et des fumées. Ce sont l’ensemble des éléments qui constituent le bâtiment : murs, planchers, portes, clapets.

Les murs séparatifs coupe-feu font donc partie des systèmes passifs. Si l’on prend l’exemple d’un centre commercial, ils créent des compartiments entre les différentes cellules commerciales (boutiques, restaurants, cinémas…) dans le but d’empêcher la propagation et l’aggravation d’un incendie.

Pour illustrer leur rôle et expliquer l’évolution d’un incendie, prenons un cas « classique ». Un feu se déclare dans un local. La température y augmente très vite. L’incendie génère de la fumée puis du gaz, et se propagent au sein de ce local. La mission d’un mur séparatif est de limiter, voire empêcher la propagation de l’incendie et donc de protéger les occupants et le matériel présents dans la cellule mitoyenne.

Les murs séparatifs en béton cellulaire Ytong n’alimentent pas le feu et empêchent la propagation des gaz. Comparativement aux autres matériaux disponibles sur le marché, ils limitent très fortement l’élévation des températures dans les zones attenantes à l’incendie.
En effet, si dans la cellule où le sinistre s’est déclaré, l’élévation de température sera d’environ 1000°C au bout d’1h30, elle ne sera que de 10°C dans le local voisin séparé par une cloison en béton cellulaire d’à peine 15 cm. Et au bout de 6 heures, la température des cellules mitoyennes ne dépassera pas les 70°C : un record !

 

Effet d’amortissement de la chaleur du béton cellulaire comparé au béton

Autre avantage considérable, la résistance du béton cellulaire permet à la cloison d’être pérenne dans le temps. Ni les flammes, ni l’utilisation des lances à incendie des pompiers n’endommageront la structure des murs Ytong. La remise en état du local et la reprise de l’activité sont donc très largement accélérées.

 


Vidéo Xella : En protection incendie, la réaction au feu des solutions Ytong

 

Quels sont les atouts des solutions Ytong haute performance coupe-feu ?

Assurance réglementaire

En tant que spécialiste de la protection incendie passive, le groupe Xella mène une démarche réglementaire de pointe qui permet aujourd’hui d’avoir une parfaite connaissance du comportement des produits face au feu. L’ensemble des solutions Ytong sont validées par des appréciations de laboratoire et des PV d’essais.
Leur classement EI240, dès l’épaisseur 15 cm, donne la garantie aux ouvrages (logements collectifs, bâtiments tertiaires ou Etablissements Recevant du Public) d’être toujours conformes à la réglementation, quel que soit le solution mise en œuvre, en construction neuve comme en rénovation.

 

Facilité de mise en œuvre, accompagnement optimisé = économies sur le chantier

Grâce à l’appui de notre bureau d’études, le champ des possibles est très vaste. Xella est en mesure d’accompagner les conceptions sur tous les types de chantiers.

Des projets coupe-feu simples, nous proposons au maximum des solutions non chainées ou non armées. Cela permet de réduire la pénibilité pour les maçons et d’optimiser le rendement sur chantier (coût).

Pour les ouvrages plus complexes, notre bureau d’études propose un dimensionnement d’optimisation conforme à l’Eurocode 6 ayant pour but de favoriser les économies réalisées sur chantier. A noter, que Xella est le seul fabricant à détenir une appréciation de laboratoire pour concevoir des murs toute hauteur sans recoupement conformément à l’Eurocode 6.
Toutes les solutions Ytong peuvent répondre favorablement aux contraintes de l’ensemble de ces projets. Néanmoins, nos solutions « grand format » : MAXIBLOC, GIGABLOC et MODULBLOC, dont la mise en œuvre doit être mécanisée, par l’intermédiaire de grues de chantier, permettent un rendement plus important et une pénibilité moindre.

Retrouvez l’ensemble des solutions Ytong :
- Maçonnerie petit format

• COMPACT 15 et COMPACT 20

• ENERGIE 25

- Maçonnerie grand format

• MAXIBLOC et GIGABLOC

• MODULBLOC

- Accessoires d’ancrage

 

Tous les laboratoires d’essais au feu de France font le choix d’Ytong. Parole au CERIB…

Pour se rendre compte sur le terrain de l’efficacité des solutions en béton cellulaire face au risque incendie, quoi de mieux que de se rendre dans le saint des saints des sites où l’on soumet tous les types de matériaux, produits et éléments de structure à l’intensité des flammes : le Centre d'Essais au Feu du CERIB (Centre d'études et de recherches de l'industrie du béton).
Ce laboratoire, reconnu par l’Etat, réalise des essais dans des conditions réelles d’incendie afin de justifier des performances et des niveaux de sécurité des systèmes et éléments de construction.

Dans le cadre de ces travaux, le CERIB utilise quotidiennement les solutions Ytong. En effet, lors d’un essai au feu d’un matériau quel qu’il soit, le béton cellulaire est utilisé en fonction support. Ces parois ou cadres maçonnés, selon les typologies de produits testés, vont être réemployés plusieurs fois sur des essais de 120 minutes.
De quoi faire du béton cellulaire un matériau plébiscité par le CERIB pour sa durabilité et sa pérennité, comme pour sa facilité de mise en œuvre.
 Si le CERIB a une confiance sans faille dans les solutions en béton cellulaire Ytong, alors pourquoi choisir une autre solution pour vos ouvrages coupe-feu ?!

 


Vidéo Xella : L'avis du CERIB sur les solutions coupe-feu Ytong