Ytong : bientôt un siècle de béton cellulaire !

C’est au début du siècle dernier qu’Ytong fait son apparition. D’abord simple terme pour désigner une nouvelle façon de produire le béton cellulaire, Ytong devient une marque rapidement reconnue puis s’impose comme le leader sur son secteur. Retour sur l’histoire d’un succès… qui ne date pas d’hier !

Le béton cellulaire connait un succès croissant. Chaque année, ce sont 600.000 maisons individuelles qui sont construites dans ce matériau aux multiples avantages. Ytong a évolué et s’est épanoui au fil des années, jusqu’à devenir une référence en la matière…. Petite histoire du béton cellulaire.

Tout commence dans les années 20...
Certes, le béton cellulaire existe depuis 1880 grâce à W. Michaelis qui a eu la bonne idée de mettre en contact sable, chaux et vapeur d’eau saturée sous haute pression. Mais c’est en 1924 que le terme Ytong apparait pour la première fois. Il s’agit en fait de la contraction de Yxhults ånghärdade gasbetong, nom du béton cellulaire mis au point par J.A Erikson dans la bourgade suédoise de Yxhults. Un matériau amélioré quelques années plus tard par une cuisson par autoclavage.
Petit à petit, Ytong déploie ses ailes : dès 1929, la production de béton cellulaire se fait à l’échelle industrielle, puis en 1940,  la marque Ytong est déposée et devient la première marque mondiale des matériaux de construction.

L’après-guerre : la nécessaire reconstruction
Dans les années 50, Le béton cellulaire se démocratise rapidement en Europe, et particulièrement en Allemagne. Le pays porte les stigmates de la guerre, l’heure est à la reconstruction. Il faut (re)bâtir vite et bien pour permettre aux habitants de passer à autre chose et relancer l’économie. Le béton cellulaire est tout indiqué et fortement plébiscité dans les décennies qui suivent. En 1952, la production s’élève à 27000 m3, 20 ans plus tard elle atteint 1 630 000 millions m3… Les chiffres parlent d’eux-mêmes !

Ytong et la France… La fusion !
Ytong arrive dans l’hexagone au début des années 80 : en 1984 à Strasbourg puis à Saint Savin, dans l’Isère, en 1989. En 2003, c’est la fusion ! Les deux géants du béton cellulaire, Ytong et Siporex, fusionnent et donnent naissances au Groupe Xella qui possède alors trois sites de production à Mios en Gironde, Montereau en Seine-et-Marne et St Savin.

Depuis, le groupe n’a cessé de poursuivre son développement à l’international en implantant des usines en Europe de l’Est, Chine et Russie… Preuve que le béton cellulaire n’a pas fini de faire parler de lui ! Ce matériau à la fois léger et résistant, isolant et peu polluant, séduit de plus en plus professionnels et particuliers… en quête de constructions saines, fiables et économes. Aujourd’hui, Ytong est le plus grand fabricant de béton cellulaire.