Xavier Bonnarme, producteur de Cognac : « le béton cellulaire répond à nos besoins ! »

Lorsque quelques degrés en plus ou en moins influent sur un goût ou sur la qualité d’un cru… la Distillerie de la Salle, installée au cœur de la région de Cognac, vient de faire construire 2 nouveaux chais pour la vinification sous thermorégulation de sa production. Reconnue pour la qualité de ses eaux-de-vie de Cognac, elle a opté pour le béton cellulaire Ytong. Le choix du meilleur matériau du marché pour Xavier Bonnarme, le gérant de la Distillerie de la Salle.

La Distillerie de la Salle exploite, depuis 1954, une propriété de 24 hectares au cœur des Borderies dans le vignoble charentais, pouvez-vous nous présenter votre activité ?
Xavier Bonnarme :
Nous avons 2 activités principales : la distillation, nous transformons le vin en eau-de-vie de Cognac. Et la deuxième est le vieillissement de cette eau-de-vie dans des chais, de grands bâtiments où se déroule la vinification. C’est dans ce cadre-là, que l’on a eu besoin de construire un nouveau chai.

Comment avez-vous fait le choix du béton cellulaire ?
Xavier Bonnarme :
Et bien on s’est posé la question du matériau pour ces bâtiments qui sont très importants pour notre production. Les plus anciens chais sont faits en pierre, ceux réalisés dans les années 90 en agglo et ces dernières années c’est le béton Argi 16 qui était communément employé. Mais il faut innover et j’ai passé beaucoup de temps sur internet à comparer différentes solutions pour savoir quel matériau offrait le plus de performance thermique. Après pas mal de recherches, on s’est tourné vers le béton cellulaire qui répond à nos besoins.

« Moins chaud dans ce bâtiment en béton cellulaire que dans les autres »

A quelles contraintes sont confrontés vos chais ?
Xavier Bonnarme :
Dans notre région, nous sommes régulièrement exposés à de fortes chaleurs et c’est la capacité de résistance thermique des bâtiments qui compte. Il faut arriver à maintenir dans ces grands volumes une atmosphère uniforme et constante sans extrême. C’est-à-dire éviter les chocs thermiques en faisant en sorte que les températures ne soient jamais négatives ou grimpent jusqu’à 30 degrés. Sinon ça impacte le vieillissement du Cognac, qui peut durer d’un à 3 ans.


Comment s’est déroulé le chantier ?

Xavier Bonnarme : Très bien et de manière assez classique même si ce sont de grands bâtiments de 1 600 m² et 1 100 m². Après la conception par un architecte, c’est l’entreprise de maçonnerie Vézinat, basée à Thors, qui est intervenue. Nous travaillons avec elle depuis 3 générations et avions toute confiance sur l’utilisation du béton cellulaire Ytong. Même si c’était nouveau pour eux de construire de telles surfaces dans ce matériau, il n’y a eu aucun problème et le résultat est satisfaisant.

Quelles sont vos premières impressions sur ces bâtiments ?
Xavier Bonnarme :
Je ne pourrai vous dire que dans 200 ans si nos nouveaux chais sont meilleurs que nos anciens ! Sans exagérer, c’est trop tôt pour savoir, on aura réellement du recul dans 2 ou 3 ans. En attendant, on peut déjà faire des comparaisons, et ce qui est sûr c’est qu’avec les fortes températures des dernières semaines, il fait moins chaud dans ce bâtiment en béton cellulaire que dans les autres. Ce qui montre qu’on ne sait pas trop trompé !