Et si nous demandions leur avis aux propriétaires de logements construits avec des murs en béton cellulaire